Accueil
 
Samedi qui conte

Samedi qui conte : « Les animaux de compagnie »

Samedi 2 mars à 10h

 A partir de 18 mois

 

Sur inscription au 04 50 32 51 01 - Nombre de places limitées

 


 
 

Autour des écrans

Samedi 9 mars de 10h à 12h

Les écrans au quotidien, un vrai enjeu dans l'éducation des enfants

Débat mené par Marie Hakim, psychologue au sein de l'Ecole des Parents et des Educateurs

Public : parents des écoles maternelles et élémentaires

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Gratuit

 

                                                               Jeudi 14 mars à 14h

Jeu Educ'Ecran

 Pour accompagner nos enfants à grandir avec nos écrans !

Public : parents des écoles maternelles et élémentaires

Sur inscription (à vérifier)

 

Mercredi 20 mars de 14h à 16h

Pause écran : atelier créatif

Sans écran l'inventivité reprend sa place. Venez créer en famille et connecter chacun à son imagination

Public : enfants (4-8 ans) accompagné d'un parent 

Sur inscription


 
 

Rencontre avec Anne Sibran

Jeudi 28 mars à 19h

Rencontre avec Anne Sibran autour de son livre "Enfance d'un chaman"

Anne Sibran est romancière. Elle fait des études de philosophie et d’ethnologie à Paris. En 2007, après avoir appris le quechua, elle part habiter quelques années en Équateur, où elle vit une partie de l’année. Depuis, écrivain des lisières, elle écrit plus spécifiquement sur la forêt d’Amazonie, des romans qui s’attachent à bâtir un pont entre deux mondes, à sensibiliser sur la valeur inestimable des forêts primaires et la sagesse des peuples qui l’habitent. Elle écrit aussi des romans jeunesse, des scénarios de bande dessinée et travaille pour France Culture.

Le livre

Anne Sibran nous livre ici un livre très poétique, tenant, à la fois, du conte, du récit anthropologique, de l’épopée. Il relate la vie de trois hommes d’une même famille avec, comme thème privilégié, l’enfance et le parcours initiatique d’un gamin de la forêt amazonienne. Cette immersion dans un univers lointain est magnifiée par l’auteur qui met en scène le langage de la forêt et celui des hommes, amenant ainsi le lecteur à s’interroger sur le propre langage de l’écrivain. Ici, on sent de manière forte le pouvoir des mots et la tradition orale côtoie gracieusement l’écriture. La nature est omniprésente et ses habitants sont à l’écoute de tous les signes qu’elle peut leur envoyer et que ne perçoit plus l’homme moderne. Cependant, le modernisme corrode inexorablement cette perception et l’on en redoute sa disparition. La toute fin du livre nous montre, malgré tout, la forte puissance de la nature.

 Avec le soutien de Lettres frontière et en partenariat avec La Route Bleue

Entrée libre